N'achetez que l'essentiel

Le marché du vrac et de la consigne

Durant quatre mois, cinq étudiants de l’Institut d'Enseignement Supérieur, de Recherche et d'Expertise spécialisé dans l'Agriculture, l'Agroalimentaire, l'Environnement et le Paysage ont réalisé une enquête de consommation pour l’entreprise lilloise Jean Bouteille afin de mettre en exergue les habitudes des consommateurs concernant la consigne et la vente en vrac. Toutes les informations dans cet article sont basées sur une enquête réalisée dans deux magasins Biocoop. L’une à Villeneuve d’Ascq et l’autre à Hazebrouck dans le Nord de la France.


Selon l’enquête effectuée sur 194 clients, le vrac est un marché en pleine croissance qui se modernise. Le consommateur recherche des modes de consommation plus économiques et plus vertueux en faveur de l’environnement. En réponse à cette demande, on constate une évolution de l’offre : depuis 2005, cinq des hypermarchés Auchan Self Discount ont vendu 250 millions d’articles/an sur le rayon vrac (la vente en vrac - Pratiques & perspectives, ADEME). Cependant, le marché actuel du vrac et de la consigne se concentre principalement sur le secteur de l’alimentaire.

 

1 – Le profil des clients

Figure 1 : Profil de la clientèle en fonction du sexe (source : Clément GUILAIN)

Tout d’abord, l’enquête a permis de mettre en évidence le profil de la clientèle des magasins biologiques. D’après ce graphique, sur les 194 personnes intérrogées, 71,35% des clients de magasins biologiques sont des femmes contre 28,65% pour les hommes. La plupart des clients se situent dans les tranches d’âge des 35 - 60 ans (53%) et 60 ans et plus (30%). Elles correspondent a priori à tous les foyers familiaux ayant un mode de vie stable. Ces tranches d’âge accordent une attention particulière à la qualité de leur alimentation d’où leur présence dans les Biocoop.

Figure 2 : Profil de la clientèle en fonction du statut socio professionnel (source : Clément GUILAIN)

En ce qui concerne le statut socio-professionnel de la clientèle, il y a trois statuts qu’on distingue particulièrement : les cadres, les retraités et les employés. En effet, chez les actifs interrogés, ces trois statuts représentent des personnes aux revenus stables. Elles peuvent se permettre de consommer des produits sains semblables aux produits biologiques. On constate une faible fréquentation des étudiants qui s’explique par la localisation périurbaine et donc l’éloignement par rapport aux centres universitaires de la majorité des magasins biologiques et des épiceries de vracs.

 

2 – Le comportement d’achat des clients

Figure 3 : « Achetez-vous tous vos produits alimentaires dans des magasins biologiques ? » (source : Clément GUILAIN)

Figure 4 : « Hormis les fruits et les légumes, consommez-vous en vrac ? » (source : Clément GUILAIN)

Deux tiers des clients de magasins biologiques ou d’épiceries de vracs fréquentent d’autres magasins tels les GMS (Grandes et moyennes surfaces) et seulement 29% des personnes interrogées achètent tous leurs produits alimentaires dans les magasins biologiques. Pour autant, les clients achètent tout de même en majorité des produits issus de l’agriculture biologique et des produits en vrac (80%). Ce pourcentage révèle le potentiel important que représente actuellement le marché du vrac.

 

3 – Le comportement d’achat des consommateurs en vrac

Figure 5 : Achat de produits en vrac par les clients des magasins (source : Clément GUILAIN)

Parmi les 152 sondés consommant du vrac, les trois produits en vrac les plus achetés sont les féculents, les céréales et les liquides.

Figure 6 : Fréquence d’achat des principaux produits consommés en vrac (source : Clément GUILAIN)

Que ce soit les féculents, céréales ou liquides, la principale fréquence d’achat est hebdomadaire. Il semble donc que les gens privilégient des réapprovisionnements réguliers plutôt qu’un achat de quantités importantes pour plusieurs semaines. Le réapprovisionnement régulier peut s’expliquer par les consommateurs âgés de plus de 35 ans qui généralement vivent en famille. La pratique de consommation en vrac est très utilisée que ce soit pour les aliments secs ou liquides. Ce résultat montre qu’une majorité des clients utilise ce concept. Au sujet des personnes qui ne consomment jamais de produits en vrac, ce sont des consommateurs moins enclins à vouloir changer leurs habitudes de consommation, ils n’achètent pas spécialement des nouveautés. De plus, ils trouvent contraignant les achats en vrac hormis les légumes et les fruits. Certains ont également déclaré avoir peur des risques sanitaires liés au vrac. Cette dernière raison confirme l’image préconçue du vrac. Les raisons de ne pas acheter en vrac sont donc hétérogènes mais peuvent être améliorées par différentes solutions.

 

4 – Le concept de la consigne et du liquide en vrac

Durant les quatre mois d’analyse, le concept de la consigne et du liquide en vrac s’est révélé très apprécié par la majorité des sondés. La moyenne générale du concept Jean Bouteille est de 4,18/5.

Figure 7 : Moyenne des notes du concept Jean Bouteille en fonction du sexe et du magasin (source : Clément GUILAIN)

Les deux principales motivations des acheteurs du liquide en vrac sont l’envie de protéger l’environnement et le coût plus faible qu’un produit emballé classique.

Figure 8 : Motivations de la consommation des produits Jean Bouteille (source : Clément GUILAIN)

Figure 9, Figure 10 : « Etes-vous satisfait du principe de la consigne ? », « Ramenez-vous la bouteille consignée ? » (Source : Clément GUILAIN)

Ce graphique confirme les deux raisons évoquées précédemment. Le concept de la consigne répond donc à une attente des consommateurs. En effet 20% des consommateurs apprécient un produit de qualité à un prix raisonnable. En outre, le concept de la consigne est parfaitement adopté par les consommateurs de Jean Bouteille (les bouteilles consignées sont ramenées en magasin à 86%. Les 14% restant ne représentent que 7 personnes, qui n’ont pas encore ramené leur consigne ou l’ont jeté par accident à la poubelle). Cette majorité de réponses positives (96%) est cohérente avec la principale motivation des acheteurs qui est de limiter leur impact sur l’environnement. Le plus grand nombre des sondés aimeraient voir la consigne dans d’autres magasins mais principalement dans les GMS. Plus de 70% des consommateurs interrogés souhaiteraient voir Jean bouteille et la consigne se démocratiser dans des grandes surfaces (Auchan par exemple). Cela révèle la confiance que les consommateurs accordent au concept du liquide en vrac.

Si vous souhaitez obtenir l’intégralité de l’enquête, veuillez nous contacter par email : contact@jeanbouteille.fr


NB : le rapport de gestion de données concerne une enquête satisfaction client réalisée pour l’entreprise Jean Bouteille. Ce rapport permet de connaître le profil et le comportement d’achat du consommateur de Jean Bouteille. Créée par Gérard Bellet en 2014, cette marque s’impose sur la marché du vrac liquide. Des meubles composés de plusieurs fontaines sont disposés dans plusieurs types de magasins (Biocoop, épiceries) situés en région lilloise et à Bruxelles. Actuellement, Gérard Bellet commercialise de l’huile, du vinaigre et du vin en vrac dans des bouteilles consignées.

Le lexique

Vrac

Le vrac est un système de distribution consistant à la vente de produits qui ne sont pas préemballés, que le client peut acheter au poids ou au volume, en fonction de ses besoins, et qui est conditionnés sur le lieu de vente. (ADEME – DEC 2012).

Embouteilleuse libre-service

Une embouteilleuse libre-service est un meuble technologiquement équipé pour vous permettre d’embouteiller un liquide de manière propre, sécurisé et mesuré. Il permet l’impression d’une étiquette reprenant l’ensemble des informations réglementaires et vous assure une totale traçabilité du produit.

Consigne des bouteilles

La consigne des bouteilles est une pratique commerciale suivant laquelle un fournisseur laisse en dépôt chez un client, moyennant une valeur convenue et récupérable en cas de retour, des emballages de marchandises dont il reste propriétaire. (Larousse) Toutes les bouteilles utilisées par Jean Bouteille sont en verre sérigraphiée, conçues pour résister à plus de 30 lavages. La fermeture est un bouchon mécanique.

Économie Circulaire

L’économie circulaire désigne un concept économique qui s’inscrit dans le cadre du développement durable et dont l’objectif est de produire des biens et des services tout en limitant la consommation et le gaspillage des matières premières, de l’eau et des sources d’énergie. Il s’agit de déployer, une nouvelle économie, circulaire, et non plus linéaire, fondée sur le principe de “refermer le cycle de vie” des produits, des services, des déchets, des matériaux, de l’eau et de l’énergie. (Ministère de l’écologie)

Économie de la fonctionnalité

L’économie de fonctionnalité vise à substituer à la vente d’un bien la vente d’un service ou d’une solution intégrée remplissant les mêmes fonctions que le bien, voire des fonctions élargies, tout en consommant moins de ressources et d’énergie et en créant des externalités environnementales et sociales positives. (Wikipedia) Jean Bouteille vous permet d’utiliser utiliser la fonction de la bouteille plutôt que d’acheter la bouteille. Vous n’avez donc pas à payer pour sa fabrication et sa fin de vie, mais uniquement pour son utilisation.

Réduction des déchets

La réduction des déchets est la première motivation derrière le concept Jean Bouteille. C’est en cherchant une solution pour permettre de consommer des produits liquides sans avoir à jeter la bouteille que Jean Bouteille est né.

Lavage et stérilisation biodégradable

Toutes les bouteilles sont lavées et stérilisées par des procédés biodégradables, utilisé dans l'agriculture biologique. Laver une bouteille consomme beaucoup moins d'eau et d'énergie que de fabriquer une bouteille à partir de verre recyclé.

Nos Partenaires

Région Nord Pas-de-Calais

Par l’intermédiaire d’un contrat A.C.E.S, la région Nord Pas de Calais a participé au financement des investissements écologiques réalisés par Jean Bouteille.

Lille Métropole

La communauté urbaine lilloise s’est engagé auprès de Jean Bouteille pour favoriser la réduction des déchets de ses habitants.

Solicigales

Le club d’investisseurs sociaux Solicigales est entré au capital de Jean Bouteille, séduit par le coté écologique et économique du concept Jean Bouteille.

CCI Région Nord
LMI Innovation

Jean Bouteille a été nommé lauréat LMI Innovation en Octobre 2014. LMI Innovation apporte son soutien financier, son réseau ainsi que son expertise

BPI France
NOUS CONTACTER

Jean Bouteille
Port fluvial de Lille 1ère avenue Bat. L
Bureau 217
59000 Lille
09 86 20 58 77
contact@jeanbouteille.fr